Assistant contrôleur de gestion

Finalité du métier

La mission du contrôleur de gestion consiste à fournir à la direction des outils pour rationaliser le mode de gestion de l’entreprise, d’un service ou d’une unité de production et conduire à une amélioration de sa rentabilité à court et moyen termes.

Autres intitulés du poste :

  • Contrôleur de gestion
  • Gestionnaire débutant
  • Assistant contrôle de gestion commerciale
  • Assistant contrôle de gestion industrielle

Missions principales

Prévision

  • participation à l’élaboration des budgets prévisionnels et vérification de leur comptabilité ;
  • définition des moyens à mettre en œuvre.

Recueil, suivi et contrôle de l’information

  • collecte des informations auprès des opérationnels ou des sites (dépenses, investissements, stocks…) ;
  • inscription des informations dans des tableaux de bord ;
  • consolidation des résultats ;
  • élaboration du reporting mensuel ;
  • préparation des synthèses ;
  • participation à différentes études ponctuelles (études de rentabilité, études d’organisation, études sur les coûts, les ratios…) ;
  • mise à jour des outils de suivi et de reporting (base de données) ;
  • contrôle du respect des procédures internes.

Analyse

  • participation à l’analyse des rapports chiffrés ;
  • calcul des coûts et des marges ;
  • mesure et analyse des écarts par rapport aux prévisions.

Conseil

  • préconisation d’actions correctives ;
  • propositions d’amélioration des procédures.

Les activités éventuelles

  • Participation à la préparation du dossier de clôture annuel ;
  • Mise en place des outils de suivi de la comptabilité analytique (sur site) ;
  • Participation à l’optimisation des outils de gestion (mutation du reporting, rédaction de nouvelles procédures…) ;
  • Exploitation des bilans ;
  • Participation à l’élaboration des objectifs économiques, des budgets et des plans d’investissement d’un site ;
  • Prise en charge de missions de comptabilité.

Les variantes selon l’employeur

Le contenu du poste de l’assistant contrôleur de gestion varie selon la taille de la structure dans laquelle il travaille, son rattachement hiérarchique et la culture de l’entreprise.

Dans les PME, il intervient en appui technique sur tous les aspects de la gestion de l’entreprise et prend souvent en charge des missions de comptabilité.

Dans les grandes entreprises, son champ d’intervention est plus spécialisé. Au siège, la mission du contrôleur assistant ou contrôleur junior consiste généralement à consolider les résultats d’un ou plusieurs sites ou lignes de produits et à harmoniser les procédures entre les différentes structures. Cet aspect de la fonction est encore plus important dans les entreprises qui ont procédé à des opérations de fusion ou de rachat. S’il est rattaché à une unité de production, l’objectif de l’assistant contrôleur de gestion industrielle est de contribuer à l’accroissement de la rentabilité de la structure en lui faisant réaliser des économies d’échelle (analyse des prix de revient, des coûts, des marges…). Il est très proche des opérationnels. Dans les sites de taille importante, il peut assister le contrôleur financier.

L’assistant contrôleur de gestion commerciale est proche des services commerciaux et marketing de l’entreprise. Il contrôle les écarts entre les prévisions des ventes et la définition des objectifs commerciaux, il analyse la rentabilité des produits…

Le contrôleur budgétaire se consacre exclusivement à l’élaboration des prévisions budgétaires et au contrôle de leur réalisation.

Dans les entreprises de grande taille, le rôle dévolu au contrôle de gestion peut varier suivant la culture de l’entreprise : fonction essentiellement productrice de tableaux de bord dans certains cas, elle peut être considérée comme une véritable fonction de conseil dans d’autres. À la mission de l’assistant contrôleur de gestion s’intègre de plus en plus la nécessité de donner à l’entreprise les éléments pour réagir rapidement à l’évolution des marchés. Dans ce cadre, il réalise des études économiques et financières ponctuelles : rentabilité de certains marchés, de certaines zones de distribution…

Dans les cabinets d’audit et de conseil, la multiplicité des missions permet d’appréhender la diversité du métier de contrôleur de gestion.

Facteurs d’évolution du métier

Le contrôleur de gestion débutant intervient en appui technique pour :

  • établir des prévisions,
  • définir les moyens à mettre en œuvre,
  • mettre en place des tableaux de bord pour recueillir et contrôler les résultats.
  • Il procède ensuite à des comparaisons entre les réalisations et les objectifs à atteindre, et analyse les écarts pour faire des recommandations à sa hiérarchie.

Les diplômes

Les postes d’assistant contrôleur de gestion sont accessibles aux jeunes diplômés Bac +4/5 en gestion/finances. Ils peuvent être issus d’écoles (ESC, IAE…) ou de l’Université (MSG, master finance/gestion). Pour le contrôle de gestion industrielle, des ingénieurs ayant complété leur formation par un 3e cycle en gestion/finances sont souvent recherchés.Un complément de formation ou un diplôme de comptabilité (DESCF par exemple) est parfois demandé. De même que la connaissance des méthodes de gestion anglo-saxonne.

Les stages

Avoir réalisé au moins un stage significatif (de 6 mois) dans un environnement proche de celui que veut intégrer le jeune diplômé est essentiel. Cette nécessité est plus forte encore dans le contrôle de gestion industrielle où il faut acquérir une culture industrielle (connaissance des process de fabrication et des contraintes liées à la production).

Profils les plus demandés

Les qualités
Goût pour les chiffres pour constituer la base de travail du contrôleur de gestion : celui-ci a pour mission de « faire parler » des chiffres.
Rigueur et méthode pour analyser, vérifier et contrôler les données chiffrées.
Curiosité et esprit critique pour expliquer les chiffres.
Esprit d’analyse et de synthèse pour conceptualiser rapidement les problèmes et leurs solutions.
Aptitude à la communication et diplomatie pour recueillir l’information et préconiser des conseils et des recommandations.

Les connaissances bureautiques et informatiques
La maîtrise de l’outil informatique est indispensable. Il est nécessaire de connaître les logiciels Excel, Word, Access. L’utilisation des progiciels ERP (SAP, Agresso…) constitue un atout supplémentaire.

Les langues étrangères
La maîtrise de l’anglais est indispensable pour tous les contrôleurs qui exercent dans un environnement international ou en cabinet, car ils peuvent être amenés à faire du reporting en anglais. De même, la connaissance d’une 2e langue peut être requise.